LES MOTIFS DE LA PÉTITION

  1. L’utilisation de cultures (3 300 tonnes/an) pour augmenter le rendement en méthane est une hérésie, alors que le but présenté est « environnemental » - traitement du fumier généré par la ferme usine d’engraissement (2 550 veaux – voir Grand Troupeaux Magazine n° 40 de mars 2016). Irrigation, pollution des eaux souterraines et perte des surfaces agricoles utiles pour produire le maïs nécessaire à ces digesteurs est intolérable.

  2. Pollution accrue des eaux captées : culture intensive = désherbants, bombes à nitrates, irrigation... On ne peut pas accepter de sacrifier la Bazine qui rejoint le Vincou puis la Gartempe pour produire les céréales nécessaires aux gros digesteurs.

  3. Les quantités de fumier qui seront traités (18 000 t/an) ne correspondent pas à ce que cette SCEA Domaine de Berneuil est autorisée à produire ( à peine 8200 t/an!)... alors même qu'ils ont affirmé avoir la capacité de tout fournir !!!! ????

  4. Les déchets sortants sont plus importants ( 19 323 tonne/an solide alors que jusqu'ici ils avaient une autorisation pour 8200 tonnes/an de fumier bovin…). Le surplus de lixiviat (jus toxique) n'est même pas pris en compte dans l'épandage. Où est l’intérêt écologique ?

  5. Les mêmes surfaces d’épandage étaient proposées pour les épandages de la station de compostage de Berneuil (voir dossiers de l’enquête publique du 12 juin au 13 juillet 2017 - Suez Organique). Dans ce nouveau dossier l’épandage ne peut se faire que tous les 3 ans et à des quantités bien inférieures ce dont ENEDEL7 ne tient même pas compte !

  6. Les dangers et risques sont minimisés ! Les digestats (produits de la méthanisation) sont très riches en ammoniaque (irritant les muqueuses) qui se retrouve rapidement dans notre eau (nitrates). Ils contiennent des parasites et micro-organismes qui peuvent donner des maladies graves (botulisme) et peuvent se retrouver dans l’air environnant avec le nettoyage des cuves au jet surpuissant. Lors de la fermentation se dégage du sulfure d’hydrogène (odeur d’œuf pourri) un gaz mortel à fortes doses. Ce déchet n’est pas comparable au simple fumier ! Il sera stocké à l'air libre dans des silos non étanches.

  7. L’atmosphère est explosive au niveau d’un digesteur, une toute petite étincelle fait tout exploser et l’air contient des gaz odorants et toxiques. (Voir : MISE EN DANGER de la vie d’autrui-art. 223-1 et 223-2 du Code Civil). La géographie particulière avec le bourg situés dans une cuvette et des vents dominants venant de l'usine, nous expose davantage!

  8. La cheminée va rejeter du CO2 et d'autres gaz toxiques qui n'ont pas été éliminés par les filtres et des poussières, le trafic routier incessant aussi (effet de serre augmenté !!!).

  9. Les routes n’ont pas la capacité de supporter le transports des 60 tonnes par jour nécessaires pour faire fonctionner cette usine (et encore autant, voire plus pour transporter les déchets des digesteurs !). QUI payera les dégâts ?

  10. Vu l’emplacement des zones de stockage, des transports incessants vont traverser la N147 dans une zone très accidentogène et traverser le bourg de Saint Junien les Combes et ses ruelles sinueuses ! QUI est prêt à prendre la responsabilité des accidents inévitables ?

  11. Le bruit généré (cogénérateur, trafic…) sera une nuisance 24h/24. (Troubles anormaux du voisinage : bruits et odeurs, VOIR : art 1382 du code civil et R 1334-31 du code de la santé publique)

  12. Le site imposant sera fermé (zonage ATEX), des lignes électriques aériennes seront créées. Quelle attractivité pour la région  et quelle dévaluation de nos habitations?

  13. Les dommages devront être supportés par les contribuables encore une fois pour qu’une ferme-usine puisse bénéficier des aides de l’État DONC de nous-mêmes contribuables.

  14. La méthanisation ne doit pas devenir une source de revenus pour ces élevages industriels qui vont concurrencer les agriculteurs locaux (céréales aliment contre céréales énergie, qualité contre bénéfice = hausses des prix !). Nous n’acceptons pas de tuer à petit feu nos agriculteurs pour les remplacer par des investisseurs.

  15. Les agriculteurs font un travail de qualité qui permet à la race limousine d’être reconnue mondialement. Qu’en sera-t-il si ce type d’élevage industriel met à mal toute une filière respectueuse de la nature et des ressources ?

Soutenez EauxlesCoeurs en signant ici notre pétition

suivez notre actualité sur :

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now